Home / Actus / La Chine, nouvelle superpuissance du football
chine

La Chine, nouvelle superpuissance du football


En déboursant plus de 300M€ pour s’attacher les services de plusieurs grands joueurs européens au cours du mercato hivernal, les clubs chinois ont complètement bousculé les codes du football mondial. La première étape d’un plan qui doit mener le pays à régner en maître sur la planète football. En exclu, on vous dévoile les trois étapes de leur recette du succès.

1- Investir dans l’avenir

promos

1,15 milliards d’euros: c’est la somme engagée par Ti’ao Power pour diffuser la Super League entre 2016 et 2020. Elle est 20x supérieure à la précédente, et traduit bien l’intérêt porté par les Chinois pour le football. Les gars ne sont pas là pour blaguer.

Forcément, une partie de la somme va directement dans les poches des clubs, qui peuvent désormais justifier plus facilement de lourds investissements en se projetant dans le futur. Et les coquins n’ont pas tardé à faire parler d’eux en investissant 300M€, soit plus que la Premier League, pendant le mercato hivernal. Les grands joueurs transférés en Chine cet hiver, déjà internationaux et encore en pleine ascension, ne ressemblent en rien à ceux habitués à rejoindre le Qatar ou la MLS depuis quelques années.

2- Faire du pied à l’Europe

investisseurs

Avec l’arrivée de plusieurs grands joueurs dans leur championnat national et toute la mousse que les transferts génèrent sur le plan médiatique, les Chinois s’intéressent de plus en plus au football. La Chine en profite pour signer des partenariats avec les clubs européens afin de retransmettre les matchs. PPTV Sports a par exemple lâché 250M€ pour diffuser la Liga entre 2015 et 2020. Une aubaine pour le championnat espagnol, qui réalise ses meilleures audiences en Chine sur les matchs de 12h et 16h. En déplaçant certaines rencontres du calendrier à ces heures relativement improbables, la Liga s’est clairement ouverte au marché asiatique.

On avait déjà bien parlé de la Chine il y a quelques mois, lorsque Manchester City cédait 13% de son capital à des fonds d’investissement chinois pour 375M€. Le pays s’installe donc tranquillement un peu partout en Europe. Et ce n’est qu’un début.

3- Organiser la Coupe du Monde

worldcup

Si l’objectif des prochaines années est d’élever considérablement le niveau de la Super League en plus de faire parler de la Ligue des Champions asiatique jusqu’à ce qu’elle devienne considérée en Europe, la Chine a un rêve plus grand : organiser la Coupe du Monde. Alors qu’elle traverse une crise sans précédent, la FIFA a cédé aux sirènes chinoises du groupe Wanda, dont le propriétaire n’est autre que l’un des hommes les plus riches de la planète. Un contrat de sponsoring signé jusqu’au Mondial 2030 qui garantit à l’instance, en déficit de plus de 100M€ sur l’année 2015, une certaine sécurité financière.

Elle permet surtout à la Chine de placer ses pions pour organiser la Coupe du Monde. Le Qatar a eu la sienne et ce n’est qu’une question de temps avant que les Chinois, désormais implantés à tous les niveaux, ne raflent la mise. Alors que des milliers d’académies de football poussent un peu partout en Chine, on peut même vous dire que les Dragons joueront pour la gagner !

A propos de Un furet

Jamais de bonne humeur. De toute façon j'ai jamais une tronche d'animal content. Je donne mon avis sur tout et n'importe quoi dans le foot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *