Home / Blog du Talkfoot / « Bollaert symbolise tout ce qu’un supporter lambda peut rechercher »

« Bollaert symbolise tout ce qu’un supporter lambda peut rechercher »


Ce week-end a été marqué, dans un certain anonymat après la bombe Bielsa, par le retour des supporters de Lens au Stade Bollaert après plusieurs mois de rénovation. Interview avec Emeline, fervente supportrice.

A Lens, personne n’a oublié la saison dernière, mais tout le monde veut avoir les yeux désormais rivés vers l’avenir. Après une saison catastrophique à tous points de vue, le Racing s’est offert un bol d’air frais avec ce retour dans leur stade. Impossible pour le Talkfoot de passer à côté de cet événement. J’ai voulu avoir l’avis d’une Lensoise, passionnée et active sur Twitter. Merci Emeline de m’avoir répondu 🙂


TF : Alors, ça fait quoi de retrouver sa maison ?

Emeline : C’est indescriptible. C’est un plaisir que seuls les fervents arrivent comprendre facilement. On a retrouvé nos repères, nos habitudes et les émotions qui vont avec.

TF : Comment s’est déroulée la journée ?

Emeline : Le match commençait à 14h mais le collectif Red Tigers avait organisé un rassemblement à la gare de Lens en centre-ville afin de faire un cortège de supporters jusqu’au stade qui ne se trouve pas très loin à pieds. C’était le début des festivités, les ballons et confettis étaient de sortie dans toutes les tribunes, les supporters étaient vêtus de leur plus ancien maillot du Racing. Une belle manière de marquer ce retour aux sources.


TF : Il a vraiment changé le stade ? Qu’est ce qui est différent ?

Emeline : Esthétiquement, on remarque un changement incontestable. Bollaert avait besoin de ce petit coup de neuf afin de pouvoir prétendre à accueillir l’Euro 2016. Certains étaient sceptiques, je l’étais d’ailleurs au départ mais au final l’âme de Bollaert est toujours présente et c’est exactement ce que je voulais retrouver en débutant cette nouvelle saison.

Les tribunes ont été aménagées autrement, la toiture est totalement différente, le design est autre. Mais les anciennes bases restent encore bien reconnaissables.

TF : Que symbolise un stade comme celui de Bollaert pour toi ? Si tu devais donner trois mots et les expliquer ?

Emeline : En étant la plus objective possible, je dirais : tout. Il symbolise tout ce qu’un supporter lambda peut rechercher. Ce n’est pas anodin si les personnes extérieures au club restent marquées après une visite à Lens, sans vouloir exagérer.
3 mots qui caractérisent Bollaert, je dirais :
  • Passion
  • Emotions : viens et tu verras.
  • Avenir : car il est important pour nous et sera décisif. Le club tend à se reconstruire après des baisses de régime qui ont mis le club en grande difficulté (interdiction de recrutement, investisseurs et direction douteux entre autre..)

TF : A la télévision, on vous a senti unis et prêts à affronter les galères d’une saison en Ligue 2. Ce retour à Bollaert vous a-t-il fait tourner la page de la relégation et de la gestion bizarre du club l’année dernière ?

Emeline : Ça serait tellement idyllique que le retour à Bollaert annonce la fin des emmerdes, la réalité est moins belle que le spectacle offert samedi à Lens. Le club est en reconstruction et la gestion n’a pas évoluée puisqu’il n’y a pas eu de départ au niveau de la direction donc, tout reste à venir. Antoine Kombouaré a fait le choix de rester au club pour cette saison de L2 afin de mener à bien son projet.

TF : Qu’aurais tu choisi entre le maintien en Ligue 1 et jouer une saison de plus à la Licorne ou une descente et un retour à Bollaert ?

Emeline : Au regret de passer pour une folle, je choisis 100 fois la descente et le retour à Bollaert. Actuellement, nous manquons de qualités requises pour un maintien serein en L1. Alors plutôt que de peiner et morfler, autant repartir sur des bases stables pour rebondir quand le club en aura l’étoffe. Et la Licorne sérieusement, c’est la mort.

TF : Et si je rajoute la proposition d’être en Ligue 1 et de finir second après avoir joué toute la saison au stade Pierre Mauroy ?

Emeline : Attends, on joue avec Jonathan Nanizayamo et Guirane N’Daw actuellement alors déconne pas de trop.

TF : Si l’on parle foot, tu penses que le Racing a les armes pour prétendre pouvoir monter ? Peux-tu nous présenter cette jeune équipe ?

Emeline : Actuellement, nous ne sommes pas en capacité de remonter en L1 durablement, il faut être honnête. La gestion désastreuse ne permet pas d’assurer sereinement une saison. À Lens, t’arrives jamais à être rassuré. Une équipe nouvelle ayant subie de nombreux changements avec des départs (Riou, Le Moigne, Coulibaly, Touzghar, Guillaume par exemple) mais des arrivées assez inattendues (Delle, Besle, Nanizayamo, Ikoko, N’Daw, Scaramozzino, Lala, Autret, Benkamenga..)

TF : Bon, quand est-ce que vous arrêtez de déconner et que vous revenez durablement en Ligue 1 ?

Emeline : Très vite je l’espère, on attend que ça de poutrer à nouveau en L1.

Merci à toi Emeline !

A propos de Un panda

Je suis né dans un centre en Chine. Vu qu'ils n'arrivaient pas à trouver 11 bons joueurs de foot, ils ont pensé à moi. Franchement, en gardien de but j'étais fort. Mais quand on mange trop de bambou, on grossit. Du coup, j'écris au lieu de jouer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *