Home / Blog du Talkfoot / Mal – être

Mal – être


Vendredi 13 novembre 2015,

Cher journal, aujourd’hui je suis mal à l’aise, sombrant limite dans le désespoir et la tristesse. Tu sais pourtant dans quelle euphorie je me trouve les soirs de match. Malheureusement, ce soir le score est beaucoup trop lourd à assumer, comme un derby perdu à domicile dont l’ampleur dépasse le monde du sport. Une métaphore simple et peut être mal venue mais les mots me manquent et comme d’habitude je me retranche dans mes acquis.

Voilà la cause de mon mal-être car normalement c’est dans cette passion que je trouve refuge. Je parle de moi mais finalement, c’est dans cette passion que beaucoup trouvent refuges. Du coup derrière quoi se planquerons-nous, si l’on devait avoir constamment peur de vivre pour cette passion ? J’ai toujours cru aux vertus du sport se démarquant d’une société en laquelle je ne porte peu d’espoir. Si en plus, maintenant nous nous mettions à douter du bien fait d’aller voir un simple match de foot. Et si au final nous vivions cette passion, seul, chez nous dans la crainte de l’autre. Alors, ces vertus que je défends chèrement depuis mon enfance s’anéantiraient.

Voilà mon ressenti et je ne l’applique qu’au domaine du sport volontairement. Car je n’ai ni les compétences et ni l’envie de divaguer sur les méandres de ce drame. Encore une fois comprend moi, je suis sous le choc. Sous le choc d’imaginer qu’une personne puisse perdre la vie en vivant son rêve. Sous le choc de penser que ces victimes n’avaient rien fait à personne et sous le choc de réaliser que finalement certaines d’entre elles, me ressemblaient. Je ne peux malheureusement rien faire contre la détresse de cette mère de famille qui pensait offrir le plus beau des cadeaux à son gamin. Voilà pourquoi il me vient une envie de m’excuser auprès d’eux, voilà pourquoi il me vient une sensation de gêne et de mal être.

Ma tristesse est sincère pour les personnes mortes en ayant voulu vivre leur passion. Voilà, j’avais besoin de t’en parler, chère seule et unique page de mon journal…

A propos de Un singe

Je passe mes journées assis à me goinfrer de cacahuète, rajoutez-moi une canette de bière à la main et je serai vraiment l’animal se rapprochant le plus de l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *