Home / Blog du Talkfoot / Merci pour tout

Merci pour tout


C’est terminé. Je ne trouve pas les mots.


Farewell Gerrard… par hallvard-svendsen

Ton dernier match à Anfield a été discret face à un Crystal Palace qui a été supérieur, mais c’est le coeur gros que j’écris aujourd’hui sur un joueur avec qui j’ai grandi. Je t’ai vu entrer en jeu un jour de fin Novembre 98 face à Blackburn. Je le redis, comme tous les trentenaires j’ai grandi avec toi. J’ai continué d’aimer le foot avec un mec comme toi en référence.

Je ne suis pas supporter de Liverpool, peut-être un peu sympathisant. Mais j’ai le droit d’être ému quand un de mes modèles s’en va. Je me dis que ce n’est pas grave, que je pourrai prendre Cristiano Ronaldo ou Lionel Messi comme référence désormais. Mais ce n’est pas pareil. Tout le talent qu’on ces deux hommes ne remplaceront jamais ton histoire.

L’histoire d’un mec qui a juré fidélité et refusé tellement d’offres. C’est aussi l’histoire d’un mec que l’on croit éternel dans son club. Tu incarnes ce qui peut être beau dans le football. Ce 25 mai 2005 a vu l’apogée de ta carrière en créant le miracle d’Istanbul. Tu as montré qu’il ne fallait jamais abandonner dans la vie et qu’une équipe de football peut renverser des situations inespérées, faut juste la foi.

Ta vie, c’est également de l’injustice. Ce drame de Hillsborough où ton cousin a fait partie des 96 victimes. Comme un symbole, le jour où les supporters de Liverpool sont dédouanés de ce triste incident, tu marques face à Manchester United. Ta célébration me marquera pour toujours.

L’injustice, c’est cette glissade reconnu mondialement face à Chelsea. La glissade qui te fera perdre un titre de champion d’Angleterre que tu ne gagneras jamais. Après tout, on ne réalise qu’à la fin que tu es un être humain. Amoureux, mais humain.

Je me suis dit que j’allais écrire le lendemain de tes adieux. Que ça allait être plus facile pour moi d’accepter cette page qui tourne. Ce n’est pas le cas. J’ai pleuré deux fois dans ma vie pour du football. La première était pour un journaliste parti trop tôt, la seconde est pour toi.

En fait je t’en veux. Je t’en veux de m’avoir fait croire que certaines choses pouvaient être éternelles. Je t’en veux de me faire réaliser que finalement, tout a une fin.

Je ne trouve plus les mots. Merci Stevie G.

<3
<3

A propos de Jérémy

Fondateur du Talkfoot, présentateur de l'émission des Désaxés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *