Home / Actus / 5 dates qui ont fait virer Allegri

5 dates qui ont fait virer Allegri


Massimiliano Allegri s’est donc fait virer à l’issue de la grosse déconvenue du Milan AC sur le terrain de Sassuolo. Avant cela, des signes étaient annonciateurs. Retour sur le début de saison d’un coach qui savait qu’un jour ou l’autre…

24 août 2013, Milan AC – PSV Eindhoven

Le décor est planté dès la première journée de Série A. Les joueurs du Milan viennent prendre leur première claque de la saison sur le terrain du Hellas Vérone, véritable surprise de l’exercice actuel. Avant cela, il y a eu un résultat moyen lors du match aller aux Pays-Bas dans les qualifs de la Ligue des Champions. Il n’en fallait pas plus pour commencer à souffler sur les braises de la saison dernière. L’équation était simple. Si pas qualif’, renvoi. Allegri était prévenu. Victoire nette 3-0. Le championnat était enfin lancé… Avant que Massimiliano n’évoque une éventuelle démission après les déceptions de ne pas avoir recruté Eriksen et Ljajic. Berlusconi convoqua alors le coach, l’incendie est évité de justesse.

27 octobre 2013, Parme – Milan AC

A ce moment de la saison, les Rossoneri ne pouvaient plus espérer le titre. Mais une place honorable voire même la Ligue des Champions était encore envisageable. Il fallait confirmer ce qui a été fait avant et la victoire face à l’Udinese. Mais le scénario du match s’est avéré dingue. Mauvais comme la peste en première mi-temps, voilà les potes à Mario Balotelli menés 2-0 à la pause. J’en profite pour dire que je reste encore sous le choc du premier but et de la façon dont Kévin Constant s’est fait manger. La seconde période a été cependant largement meilleure et on s’est tous alors dit que ce Milan avait au moins encore un peu de fierté. Deux minutes avaient suffi à l’AC Milan pour revenir dans le match et égaliser. Mais à la dernière seconde, c’est bien Parme qui prendra les trois points avec un but de Parolo. C’est alors le début d’un long calvaire.

[blockquote style= »1″]Mon poste ? Je ne suis pas en crise ou menacé, ce n’est pas vrai. | Massimiliano Allegri après la défaite à Parme[/blockquote]

23 novembre 2013, Milan AC – Genoa

Rien ne va plus. La dernière victoire du Milan en championnat remonte au 19 octobre. Entre temps, outre la défaite à Parme, il a fallu essuyer des échecs comme celui face à la Fiorentina où les joueurs ont été surclassés. Mais le point d’orgue d’une période cauchemardesque s’est produit ce soir là à domicile contre le Genoa. L’ambiance était électrique et des banderoles ont fleuri dans les travées de San Siro. A la fin d’un match encore une fois tout moisi (1-1), la Curva Sud gronda et les supporters sont allés bloquer le bus des joueurs pour chanter leur mécontentement. Ils avaient prévenu puisqu’ils ont mis une banderole à la fin du match: « On se voit à la sortie du stade, indignes. » Allegri, soutenu jusque là par les tifosi, commence à essuyer les premières contestation à son égard.

"Rouge comme le feu, noire comme notre fureur. Si vous ne crachez pas du sang, commencez à avoir peur."
« Rouge comme le feu, noire comme notre fureur. Si vous ne crachez pas du sang, commencez à avoir peur. »

Comme si cela ne suffisait pas, le sulfureux Mario Balotelli s’en est allé tweetter un truc mystérieux juste après le match.


22 décembre 2013, Inter Milan – Milan AC

C’était le match du rachat. Qualifié pour les huitièmes (de justesse) en Ligue des Champions, le Milan restait sur un match nul convainquant face à la Roma. Ce 163è derby venait à point nommé pour dire aux gens: « On a déconné cette année, on va se faire les Interistes et on repart l’année prochaine. » Dans un match fermé mais dominé dans son ensemble par les Rouge et Noir, ce sont finalement les mecs de l’Inter d’une belle madjer de Rodrigo Palacio qui s’offrent les trois points. En toute fin de match, Muntari prend un rouge après avoir poussé un mec adverse. Signe d’impuissance. Même avec la bonne volonté, les joueurs n’y arrivent pas. L’étau se resserre autour d’Allegri.

You need Flash player 8+ and JavaScript enabled to view this video.


12 janvier 2014, Sassuolo – Milan AC

A Milan, on a décidé de se rendre les choses difficiles. Après le terrible scénario à Parme, voilà que les joueurs remettent le couvert chez un promu. Ce même promu qui a pommé 7-0 face à l’Inter, hors de question de se choper la honte en ce début d’année surtout après avoir bien commencé avec une victoire face à l’Atalanta. Pourtant, le scénario que tu connais va se produire. Un Milan style double-face avec ce côté sérieux qui va planter rapidement deux cageots, et un Milan prétentieux pensant péter plus haut que son cul qui prend encore un sacré retour de bâton. C’est un gamin de 19 ans qui va sceller le sort de l’ex-entraîneur milanais avec un quadruplé, en co-propriété par la Juve pour couronner le tout.

La défaite de trop. La porte est là, au-revoir Massimiliano Allegri.

A propos de Un toucan

Franchement, entre se faire chier sur un arbre et parler de foot, vous choisiriez quoi ? Spécialiste du Calcio et foot italien.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *