Home / Blog du Talkfoot / Alessandra Bianchi: « Les clichés sur le foot italien tombent »

Alessandra Bianchi: « Les clichés sur le foot italien tombent »

Alessandra Bianchi, en partenariat avec DièseFoot, a eu la gentillesse de répondre à nos questions sur l’état du football italien et sur la coupe du monde pour l’équipe d’Italie. A lire sans modération

On vous a connue  via L’Equipe du Dimanche avec les Darren Tulett, Jean-Charles Sabatier et les autres. Aujourd’hui, que devenez-vous Alessandra ?

Et bien j’ai changé d’Equipe ! Je suis passée de l’EDD à l’Equipe du Soir. Entre temps, j’ai continué à faire de la télévision avec I-Télé, M6 et W9 avant d’arriver chez l’Equipe 21. En même temps, je travaille avec l’hebdomadaire italien l’Espresso qui n’a rien à voir avec le football. Cette année, j’ai aussi commencé l’aventure avec DièseFoot (#Foot) qui est le premier magazine français sur le football via une application mobile.

Parlons championnat Italien, depuis plusieurs années, on a l’impression que le foot italien commence à changer de mentalité au niveau du jeu avec moins de frilosité. Partagez-vous cet avis ?

Je dirais même que les mentalités ont changé depuis des années. Ce sont plutôt les clichés sur le football italien en général qui sont en train de tomber, notamment en France. Tout le monde s’est rendu compte à l’Euro 2012 que l’Italie, ce n’était plus le Catenaccio resté dans la mémoire des gens. Il y aura toujours des détracteurs qui diront que l’Italie, c’est la défense. Mais si l’on regarde de plus près, la défense est bien évidemment toujours la base d’une équipe qui doit gagner. Mais c’est pareil dans d’autres championnats. Depuis quelques années, si nous faisons attention à la moyenne des buts par matchs par journée, l’Italie a souvent une moyenne plus élevée que d’autres championnats comme par exemple la Premier League. Disons que maintenant le grand public et certains médias se sont rendu compte de changements car l’Euro 2012 a montré que nous sommes capables de faire du beau jeu tout en faisant très attention à la base d’une équipe, la défense.

[Extrait Itv Alessandra Bianchi] Les mentalités ont-elles changé en Italie ? by Les Désaxés

En Italie, il y a Rudi Garcia. Comment est-il vu par les médias italiens ?

Il faut faire une distinction. Rome est vraiment un cas à part pour les médias car on peut adorer facilement et on peut y régner facilement. Garcia a eu la superbe attitude d’essayer de s’ouvrir à la ville et de comprendre le caractère des supporters. Il a eu l’intelligence  d’arriver de façon humble et en même temps sûr de lui et de son projet. La première conséquence est que le groupe qu’il a constitué l’a soutenu. Ce n’est pas évident pour un groupe composé de grands joueurs comme Totti ou De Rossi d’accepter un entraîneur qu’ils ne connaissaient pas.

Pour répondre de façon plus générale, l’Italie ne connaissait pas Rudi Garcia, sauf si l’on est passionné de Ligue 1. Quand un inconnu arrive en Italie, il y a forcément un peu d’ironie et de perplexité. Mais Rudi Garcia n’a pas donné la possibilité aux médias d’être sceptiques car il a directement enchaîné les victoires. Après la saison catastrophique de l’année dernière pour l’AS Roma, t’arrives et tu fais 10 victoires consécutives. Tu ne peux que mériter un droit de respect.

Par la suite, il faudra trouver un bon compromis car la Roma a eu un petit passage à vide, ce qui est normal pour n’importe quelle équipe.

[Extrait Itv Alessandra Bianchi] L’arrivée de Rudi Garcia à l’AS Roma by Les Désaxés

Cela risque d’être compliqué pour le titre cette année non ?

Si l’on se remémore les dernières saisons de la Roma, n’importe quel supporter de la Roma aurait signé et aurait été ravi de terminer second cette saison. C’est un sacré résultat de finir en Ligue des Champions et de produire un tel niveau de jeu, bien que la saison ne soit pas encore terminée. Si nous devenons champions (NDLR : Alessandra est journaliste, mais aussi supportrice de la Louve), ce serait bien évidemment super ! Mais je pense que la Juventus est plus solide et terminera devant.

Il paraît que cela vous énerve que l’on confonde Calcio et Série A, mais c’est quoi la différence ?

En fait, cela me fait surtout rire. J’ai commencé à entendre que vous disiez Calcio à l’Equipe du Dimanche. Mais en fait, Calcio veut tout simplement dire football. Cela ne veut pas dire championnat de Série A. Si tu dis en Italie « on va parler de Calcio », ça voudra dire que tu voudras parler de football. Mais si tu veux parler du championnat, il faut dire Campionato ou Serie A. La différence, c’est juste la signification.

Si nous parlions un peu du nouveau propriétaire de l’Inter ? Est-il plutôt sérieux comme Nasser El Khelaifi (PSG) ou un peu fou comme Vincent Tan (Cardiff) ?

Si l’on regarde par rapport à Nasser El-Khelaifi, il s’est présenté d’une façon différente. Quand Nasser est arrivé au PSG, il a affirmé que le Qatar voulait faire du club une marque internationale. M. Thohir (le nouveau président de l’Inter) a fait un peu le contraire. Il est arrivé et a déclaré aux supporters de l’Inter qu’il fallait faire des sacrifices pour les trois prochaines années. Bien évidemment, les supporters sont restés étonnés. C’est quand même étonnant qu’un nouveau propriétaire arrive et dise qu’il va falloir se serrer la ceinture. Tu penses plutôt le contraire. Après, il y a aussi eu cette histoire d’échange entre Guarin et Vucinic qui s’est très mal passé. En Italie, le football c’est quelque chose de très sérieux, c’est une espèce de religion. Quand on prend un club, qui plus est un grand club comme l’Inter Milan, il faut avoir un projet et des disponibilités économiques.

[Extrait Itv Alessandra Bianchi] Le président de l’Inter Erick Thohir by Les Désaxés


Le rival, le Milan AC, n’y arrive pas cette saison. Tout le monde progresse comme à la Juve, la Roma ou Naples. Mais on a l’impression que le Milan stagne voire régresse…

Le président Silvio Berlusconi était surtout engagé dans d’autres choses en politique. Il ne s’est plus vraiment intéressé au Milan. Et puis ces dernières années, des noms importants sont partis. Par exemple Seedorf, Pirlo, Gattuso, Inzaghi, Nesta, Zlatan, Thiago Silva. On ne parle pas de petits joueurs là. Ces personnes ont tout gagné à Milan. Chaque fois qu’ils ont été vendus, l’argent a été mal investi. Les nouveaux joueurs n’ont pas leur niveau. Cette situation est la conséquence de plusieurs erreurs. Allegri n’a par exemple jamais été dans le cœur de Berlusconi. Il a certes gagné le championnat dès son arrivée mais à l’époque, Milan avait un grand joueur devant avec Zlatan Ibrahimovic. Déjà l’année dernière, Allegri devait partir mais Galliani a voulu le conserver. Puis Barbara Berlusconi, la fille de Silvio, s’est investie dans le club. Les résultats ne sont pas arrivés et la crise a explosé. Je ne pense pas que Clarence Seedorf fera de miracle cette année. Mais il va falloir retrouver des bases solides et les joueurs que Seedorf voudra pour la saison prochaine.

Le paradoxe est que le Milan est le seul club italien qualifié en Ligue des Champions…

L’expérience dans la Ligue des Champions est super importante. Il y a quelque chose qui quand même rend le Milan toujours avec un atout de plus par rapport aux autres clubs. Regardez comment la Juventus s’est fait sortir, l’expérience a manqué. C’est quand même incroyable si l’on pense à la valeur de la Juve qui a quand même recruté Tevez. Ce n’est pas n’importe qui. Milan, qui a des joueurs moins techniques, a quand même trouvé l’expérience et la solidité nécessaires pour se qualifier. Après on verra, mais le Milan est là.

[Extrait Itv Alessandra Bianchi] Le Milan, seul qualifié italien en Ligue des Champions by Les Désaxés

L’Italie sera là aussi à la Coupe du Monde. Avec le Costa Rica, l’Angleterre et l’Uruguay, comment la Squaddra va réussir à se qualifier ?

En gagnant (rires).

Comment gagner surtout contre l’Uruguay et l’Angleterre ? On a vu par exemple à l’Euro qu’il y avait une grosse solidarité après les scandales avant l’Euro…

On n’a pas besoin de scandale. Je pense que les autres aussi doivent s’inquiéter. Je ne suis pas d’accord avec les gens qui disent qu’il faut un tirage au sort clément. Je pense toujours à la Coupe du Monde 2010 avec la Slovaquie, la Nouvelle Zélande et le Paraguay. Nous sommes finalement rentrés à la maison, comme les Bleus. Nous étions abattus avec un groupe vieillissant qui avait mal mélangé les jeunes et les anciens. Le tirage favorable n’a servi à rien car nous nous sommes fait sortir à juste titre. L’Italie a besoin d’un groupe difficile pour s’en sortir.

Merci à Alessandra !
Crédit photo : I-Télévision

A propos de Un toucan

Franchement, entre se faire chier sur un arbre et parler de foot, vous choisiriez quoi ? Spécialiste du Calcio et foot italien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.