Home / Blog du Talkfoot / Dans la tête de Karim Benzema

Dans la tête de Karim Benzema


Karim Benzema est supposé être notre attaquant numéro un au sein de l’attaque des Bleus. Mais le doute plane dans la tête du joueur qui n’a malheureusement pas marqué contre la Géorgie. Avant la confrontation contre l’Espagne, le Talkfoot a voulu s’imaginer ce qu’il s’est passé dans sa tête vendredi dernier.

dans-la-tete-de-karim-benzema

Il est aux alentours de 22h45.

Le Stade de France crie de joie, les visages de Didier et de Guy se sont détendus au fil du match. Les consignes à la mi-temps ont porté leur fruit. Le boulot est fait ce soir et correctement en plus. Oliv’, Mathieu, et mon poto Francky ont fait trembler les filets. Les deux bambins Paul et Raphaël on été très bons. Mais moi ma tête n’est pas vraiment avec eux, même si je souris bêtement comme un gosse devant un bon épisode des Simpson en les regardant fêter la victoire.

Je me rappelle un petit peu, j’étais aussi un gosse. Elle me manque parfois, cette insouciance de mes débuts pro où je jouais sans vraiment me poser de question, où je plantais but sur but. Oui je crie haut et fort que je ne suis pas inquiet dans les médias. Après tout je joue dans le plus grand club du monde non ? Au bluff. Mais dans le fond cette histoire de buts avec les Bleus me pèse.

J’aimerais que le Stade de France se lève pour moi, crie pour moi, m’encourage un peu plus au lieu de me siffler. Je pense le mériter. Mais le public français est trop dur avec moi. Suis-je l’étoile qui brille trop fort au dessus du ciel de mon pays? Oui je suis mieux à Madrid, je marque souvent, des buts pas toujours décisif mais je marque. Et puis Cristiano, Sergio, et José sont là aussi. Ils brillent plus fort que moi dans le ciel de la capitale espagnole et je n’ai pas à supporter un rôle de cadre qui ne me convient pas.

Mais ce soir je suis triste je n’ai toujours pas marqué et encore fait un match des plus anonymes… Je sais que Didier me fait confiance, il pense que je suis toujours capable de faire cette putain de diff. Mais moi aujourd’hui je n’en suis plus forcement sûr. En quelque par le spectre de Zizou est au dessus de moi. Je le vois souvent Zinédine et il me conseille. Mais je ne suis pas lui ! Je voudrais être un petit peu déchargé de cette comparaison populaire qui envahit la France depuis ce fameux coup de boule en 2006 qui a signé la fin de sa carrière.

Alors quand les différentes télés ou radios viennent, je me planque, je répond sans répondre, mieux vaut évasif. En faite je pense même que j’ai un peu peur… Certaines personnes me prennent pour un petit con prétentieux qui a eu tout, trop vite. Mais j’ai tout fait pour. Aujourd’hui je doute et même si c’est humain, auprès des 60 millions de sélectionneurs, je ne peut pas le dire, je me doit d’être fort…

J’essaye pourtant a Madrid de faire des efforts, je vais souvent voir Cristiano, Mezüt, ou Iker… Il y a forcement une recette, une formule magique, les spécialistes appelle souvent ça un déclic, je l’attend… Peut être un peu trop…

On arrive a Clairefontaine. Je vais directement me coucher. Tout le monde me promettait un avenir glorieux, et ce soir je ne sais même pas si je vais débuter contre mes coéquipiers en club dans quelques jours… Mais la n’est pas le problème, ce n’est qu’un match. Ce dont j’ai très peur au final c’est de ne pas partir dans quelques mois dans le plus beau pays du football.

A propos de Une truite

N'est pas muette comme une carpe et sait l'ouvrir quand il faut. C'est l'histoire d'une truite qui s'est dit: "Putain, et si j'parlais de foot?" Spécialiste du foot anglais et des Bleus.

Un commentaire

  1. Le mettre remplacent lors des prochains matchs serait un bon compromis pour Benzema ! Ca lui permettrait de souffler un peu. Essayer de le faire rentrer vers la 70ème afin qu’il donne tout en fin de match.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *