Home / Billets d'humeur / Et si Rennes finissait cinquième ?

Et si Rennes finissait cinquième ?


La cinquième place est très convoitée en Ligue 1 car elle est potentiellement qualificative pour la prochaine Europa League (à condition que Monaco et le PSG, tous deux en finale de la coupe de la ligue, finissent en Ligue des Champions, ce qui semble bien engagé). Et bien moi je te dis pourquoi Rennes a une bonne carte à jouer et peut viser cette cinquième place. Allez, ouvre ton site de paris sportifs préféré et commence à aligner des sous sur Rennes mon pote.

Mars et Avril, les mois de vérité

La candidature du Stade Rennais pour les places européennes se jouera probablement dès le mois de Mars. En effet, quatre des six prochains matchs de championnat seront contre des concurrents direct, à savoir Saint-Étienne, Bordeaux, Nice mais également Nantes. Et un autre de ces six matchs sera sur le terrain de Monaco, notre brillant deuxième de Ligue 1.

Si Rennes a souvent déçu ces dernières saisons, la donne pourrait changer avec un notamment plus de qualité technique comme par exemple les arrivées de Whabi Khazri qui fait un bien fou au milieu de terrain du SRFC mais aussi l’explosion d’un joueur comme Benjamin André, très intelligent dans le jeu et plaque tournante de l’équipe.

Le retour de Sarr en grande forme

Mais surtout, le Stade Rennais peut également compter sur son atout offensif numéro un, à savoir Ismaila Sarr. Devenu le joueur le plus cher de l’histoire du club, acheté pour plus de 17 millions d’euros au FC Metz, l’attaquant revient bien après une terrible blessure qui a du l’éloigner des terrains pendant plusieurs mois. Rapide, technique avec un très bon sens du but, il sera celui qui fera la différence lors des matchs important et à commencer par un déplacement délicat sur la pelouse de l’AS Saint-Étienne.

En association avec Ismaila Sarr, on peut également retrouver Diafra Sakho. L’ancien joueur du FC Metz et de West Ham est arrivé en Bretagne cet été pour renforcer le secteur offensif du Stade Rennais, notamment pour pallier au faible rendement de Marlon. L’attaquant espagnol, buteur à Montpellier à l’automne, n’a jamais su tirer profit de la longue absence de Sarr. Diafra Sakho a donc un bon coup à jouer au sein de l’attaque du SRFC. Très bon dans les déviations et de la tête, il montre aussi une belle rapidité devant.

« Rennes ne s’est jamais caché. Je ne me suis jamais caché. Pour reprendre vos termes, quand on gagne, on regarde la cinquième place, quand on perd, on regarde derrière nous. Le court objectif que l’on peut se fixer, c’est après Amiens, Saint-Étienne et Bordeaux, et avant la trêve internationale, d’être aussi bien classés que nous le sommes aujourd’hui. Le départ du sprint final a déjà commencé pour nous. Si l’on veut faire partie du sprint final, il ne faut pas que l’on soit décroché. Il vous faut y être. Si vous n’y êtes pas, vous faites partie d’une autre course. » – Sabri Lamouchi, entraîneur du Stade Rennais.

Joris Gnagnon, le pilier défensif

On a l’impression que ce type est là depuis 10 ans. Mais sachez que Joris Gnagnon n’a que 21 ans. L’international Ivoirien est un grand espoir du club. Arrivé au Stade Rennais en 2014, Gnagnon a squatté quelques petits clubs parisiens avant de débarquer en Bretagne. Lancé par Philippe Montanier aux cotés de Sylvain Armand, il retournera sur le banc pendant l’ère Gourcuff avant de revenir en forme à la fin de la saison dernière.

Cette année, il est incontestable dans l’axe de la défense. Rapide, bon dans le placement et physique, Joris Gnagnon donne une certaine assurance à son équipe. Associez ses bonnes prestations avec le brillant gardien Koubek, on ne peut qu’être confiant quand à la solidité défensive de Rennes.

Yoann Gourcuff, l’énigme

Revenu au Stade Rennais depuis 2015, le joueur a été formé au club en 2006 avant de partir pour le prestigieux Milan AC, l’ancien milieu champion de France avec Bordeaux peine à retrouver sa forme de 2009-2010. Souvent résolu à un statut de remplaçant, Gourcuff n’est que trop peu décisif.

Heureusement, André, Khazri, Hounu et Bourigeaud pallient le manque que constitue Gourcuff avec de brillantes prestations et des joueurs insouciants.

Sabri Lamouchi, le leader

Arrivé en Novembre pour remplacer Christian Gourcuff, Sabri Lamouchi a pris le temps de connaître son groupe et d’apporter les changements qu’il estimait nécessaires. Fan du beau jeu, il aime voir son équipe monopoliser le ballon et aller de l’avant. C’est du pain béni pour les joueurs qu’il dispose.

Voilà tant de raisons qui nous laissent penser que le Stade Rennais peut se qualifier en coupe d’Europe.

A propos de Un paresseux

Comment j'ai eu la flemme d'écrire cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *