Home / Blog du Talkfoot / La nouvelle vie du FC Gueugnon

La nouvelle vie du FC Gueugnon


Les jeunes Forgerons ont remporté la coupe de Bourgogne

Loin des paillettes et du titre montpelliérain, encore plus loin de l’Ukraine et de la Pologne, se reconstruit l’histoire d’un club. Tony Vairelles parti se fourrer dans d’autres tracas, le club bourguignon a joué sa première saison en division Honneur. Si la montée est ratée pour cette année, Gueugnon n’a fini bredouille. L’équipe sénior a remporté la coupe de Bourgogne.

La Bourgogne est en deuil

Bernard Canard, nouvel homme fort du club, a eu la gentillesse de répondre à nos questions. Lorsqu’il jeta un regard sur la saison, la réponse est optimiste : « Cette saison se termine au-delà de nos espérances. Ce qui n’était pas vrai il y a 2 mois ». La première contrainte du club était la règle des mutations. Si, dans le monde professionnel, nous parlons de transferts, le monde amateur parle de mutation. Et il y a des règles strictes comme le rappelle Bernard Canard : « La règle des mutations nous a pénalisé toute la saison. Sur 33 joueurs, nous avions plus de 20 joueurs au statut mutation, dont 8 hors délai [hors de la période de mutation, en dehors du mercato quoi…]. A chaque match, nous ne pouvions aligner que 6 joueurs mutation dont 2 hors délai max. Et ce pour l’équipe A et B. »

Du coup, est-ce que le FCG n’est devenu qu’un tas de ruines ? Le président ne pense pas : « Le nom de Gueugnon est connu dans la France entière par son équipe de foot. Cela reste une image très positive malgré les aléas de ces dernières années. » Pour lui, le salut passera essentiellement par les jeunes et l’apprentissage du football en Bourgogne : « La formation et rien que la formation » en faisant allusion à l’étrange gestion de son voisin Auxerrois ces dernières années : « Sans formation, le club ne s’en sortira pas. A l’image d’Auxerre… » Il ne cacha pas non plus sa déception quand à la relégation en ligue 2 de deux représentants bourguignons : « Dijon, Auxerre, ces deux qui descendent laissent la Bourgogne en deuil de football au très haut niveau. C’est dommageable, mais là encore nous retrouvons des querelles entre personnes. Il faut des dizaines d’années pour faire un club et quelques heures pour le détruire. » A méditer.

Conserver ce côté familial

A Gueugnon, la dizaine d’années de construction du club ne fait que commencer. Encore faut-il partir sur des bases solides. La période Vairelles a fait fuir plus d’un partenaire. Et maintenant ? Comment se gère un club qui se reconstruit au niveau de la communication avec ses partenaires et surtout ses supporters ? « Quand j’ai repris la présidence, le club n’avait plus aucun partenaire. Un an plus tard, entre 40 et 50 artisans, industriels ou commerçants nous font confiance. J’espère que nous augmenterons le nombre de partenaires de 10 ou 15 pour la saison prochaine. Ce sera extrêmement  difficile car nous avons besoin de partenaires nationaux. »

Le club veut retrouver une nouvelle identité, retrouver la convivialité qui l’avait conduit à la victoire historique en Coupe de la Ligue en 2000. « L’équipe est essentiellement composée de joueurs locaux. Il faut absolument conserver ce côté familial mais qui ne veut surtout pas dire sans ambition. » La famille, voici une valeur importante qui s’oublie. Mais le FCG  veut également renforcer les liens avec ses supporters, ceux qui n’ont pas abandonné leur club malgré la relégation : « Tous ont conscience d’avoir réussi l’impossible qui est d’être reparti de rien et d’en arriver là aujourd’hui. » Rappelons que Gueugnon aurait pu ne plus exister… Sauvé de justesse, le club recommence une nouvelle vie. Espérons qu’il s’agira d’une renaissance. Mais il faudra du temps. Après tout, n’est-ce pas en forgeant que l’on devient Forgeron ?

Nous remercions M.Canard mais également M.Soulier, M.Villeret et M.Berthommier pour leur temps et leurs réponses à nos questions.

A propos de Jérémy

Fondateur du Talkfoot, présentateur de l'émission des Désaxés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *