Home / Blog du Talkfoot / Les mecs qui se sont pété un truc et qui sont revenus

Les mecs qui se sont pété un truc et qui sont revenus


Parce qu’on a vu Jérémy Clément retrouver les terrains, on a décidé de le soutenir à notre sauce et d’établir une équipe type avec des joueurs, plus ou moins connus, qui se sont blessé gravement puis qui ont retrouvé leur meilleur niveau. Histoire de dire merde à ceux qui te disent que ta carrière est foutue. Voici l’équipe type des mecs qui se sont pété un truc puis qui sont revenus sur le devant de la scène.

equipe-type-blesses

Petr Cech

Si tu suis le football depuis peu de temps, tu te demandes sûrement pourquoi l’actuel gardien de Chelsea porte ce vilain casque sur la tête. Ca date de 2006 et d’un déplacement des Blues du côté de Reading. Lors d’une sortie, il reçut involontairement un coup de genou de la part de Stephen Hunt qui provoqua une grosse fracture du crâne. Au final, Petr Cech a bossé dur 7 mois avant de pouvoir rejouer au football malgré le conseil de certains chirurgiens d’arrêter sa carrière. Il est redevenu depuis l’un des meilleurs gardiens du monde qui améliore les chances de son équipe sur https://www.bwin.be. Pour la petite histoire de ce match à Reading, le goal remplaçant s’était aussi blessé. Terry a terminé dans les cages et a même stoppé un péno.


petr cech blessure par guillaume4289
 

César Azpilicueta

Jeune joueur talentueux, il s’est pété les ligaments croisés du genou fin novembre 2011 lors de la réception par l’OM du voisin Montpellier. Opéré dans les heures qui ont suivi, il était prévu qu’il ne recoure pas avant 6 mois. C’était sans compter le gros boulot du kiné qui a raccourci sa « peine » d’un mois. César Azpilicueta l’a pris néanmoins avec philosophie.

[blockquote style= »1″]On ne réalise pas la chance que l’on a de s’entraîner normalement lorsqu’on n’est pas blessé.[/blockquote]

Ceci dit, il a vite été remis sur pied parce que 1, c’est pas agréable d’être blessé et 2, il fallait se dépêcher parce qu’en attendant, c’était Kaboré qui le remplaçait à son poste.

 

Christian Chivu

C’était un 6 janvier 2010 lorsque le pétri de talent Christian Chivu, ancien défenseur de l’Inter Milan, se fractura le crâne à la suite d’un duel avec Sergio Pelissier, l’attaquant du Chievo Verone. Verdict: une opération, une cicatrice impressionnante, 3 à 4 mois d’indisponibilité et l’obligation pour le joueur de porter un casque. Pourtant, José Mourinho, coach de l’Inter à l’époque l’encourage et le laisse se rétablir sereinement. Au final, le Roumain reviendra plus fort que jamais et sera l’un des artisans principaux de la grande victoire de l’Internazionale en Ligue des Champions face au Bayern. Respect Monsieur Chivu.

"Tu l'aimes ma grosse cicatrice ?"
« Tu l’aimes ma grosse cicatrice ? »

Ledley King

Je vais te raconter l’extraordinaire carrière de Ledley King. L’ancien défenseur de Tottenham souffre d’une affection dégénérative du genou. En gros, le mec ne pouvait ni plier le genou trop haut, ni s’accroupir car ses articulations ne le permettaient pas (je te la fais vite car je suis pas médecin hein). La carrière du bonhomme consistait à un éternel recommencement: rééducation – match – rééducation – match. Jouer au football pouvait même provoquer des séquelles chez le joueur à vie. Mais lui s’en foutait, il voulait jouer pour son pays.

[blockquote style= »1″]Quelles que soient les conséquences pour ma vie future, cela aura valu le coup. Le fait d’être ici, dans les 23, est quelque chose que je n’oublierai jamais.[/blockquote]

a affirmé le concerné après avoir été sélectionné pour la Coupe du Monde 2010. Avec son problème chronique, il aura tout de même disputé 268 matchs de Premier League. Chapeau Monsieur.

King au top de sa forme
King au top de sa forme

 

Eric Abidal

Je sais que tu l’as suivi de près, son histoire. S’il fait partie de cette équipe-type, c’est évidemment comme tous les autres pour son courage, sa force et sa combativité. Mais c’est également parce que cela est arrivé au sommet de son art, lorsqu’il était plus fort que jamais. Alors qu’il fait partie d’une équipe qui roule sur tout ce qu’elle voyait, Eric se voit en mars 2011 opéré d’une tumeur au foie. Risquée, l’opération est un succès. Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Touchés par la grosse maladie de leur défenseur, les joueurs du Barça n’ont sans cesse pensé à lui. A chaque fois qu’il y avait 22 minutes sur le chrono au Camp Nou, le public faisait une standing ovation d’une minute. 22, son numéro de maillot. En finale de la Ligue des Champions cette année là, Barcelone s’impose 3-1 face à Manchester. Avant la fin de la rencontre, le brassard est offert à Abidal, ce qui lui donne le droit de soulever la Coupe aux grandes oreilles. En termes de retour à la compèt, on peut difficilement faire mieux. Dessous, son retour sur les pelouses après sa première opération.


Barca – Real Eric Abidal return par heismanG9
 

Fabien Lemoine

Lui, c’est un miracle. En août 2010, le jeune Fabien Lemoine, qui jouait à l’époque au Stade Rennais, disputa un match à Nancy. C’est alors qu’involontairement, Reynald Lemaître lui assène un coup sur le ventre en voulant aller chercher le ballon. Anodin au ralenti mais grave conséquence à l’intérieur. Il se trouve que le rein de Lemoine vienne de se péter en trois parties. Admis aux urgences, il a fallu arriver à la conclusion qu’une ablation totale du rein droit était indispensable. S’en suit alors une longue rééducation faite de bas plus que de hauts, jusqu’à amener la réflexion pour Fabien sur l’arrêt de sa carrière. Mais à force d’encouragements et de détermination, c’est en décembre de la même année que Lemoine retrouva les terrains de Ligue 1. Cerise sur le gâteau, c’est lui qui a délivré la passe décisive.

[blockquote style= »1″]L’un des plus beaux jours de ma vie.[/blockquote]

Nous aussi on a trouvé ça beau.

 

Hatem Ben Arfa

Indésirable et encore un peu rentable à l’OM, il est parti se refaire une identité en Angleterre. Arrivé fin août 2011 du côté de Newcastle, il a fait des débuts tonitruants en étant rapidement décisif avec son club. Malheureusement, début octobre à l’occasion d’un match contre Manchester City, Hatem Ben Arfa fut victime d’un tacle de demeuré du gros malin Nigel De Jong. Au final, le jeune Français se retrouve avec une double fracture tibia-péroné et six mois d’arrêts. La belle histoire est que Newcastle aurait pu mettre un terme au prêt à l’époque. Mais non ! Ils ont même payé le prix pour l’acquérir définitivement. Une belle marque de confiance que Ben Arfa ne rendra malheureusement qu’en septembre 2012, presque un an plus tard, suite à une complication due à sa fracture. Il continuera sa progression jusqu’à en atteindre son apogée avec ce but exceptionnel en coupe.


Vidéo But incroyable d’Hatem Ben Arfa contre… par buzzensport

Michel Platini

Avant d’être un grand, il a bien fallu qu’il commence quelque part. Et c’est à Nancy que Michel Platini s’est révélé. Avant cela, il a dû se taper pas mal de galères. Après avoir essuyé un refus de la part du FC Metz pour incapacité respiratoire, il ira chez le rival nancéien. Après quelques sorties remarquées (dans le bon sens du terme), il se verra séché bien comme il faut par un mec de Strasbourg lors d’un match avec la réserve. Résultat: fracture de la malléole et indisponibilité alors qu’il était aux portes de l’Equipe de France espoirs. Je reste persuadé que cette blessure l’a aidé à avoir la magnifique carrière qu’il aura par la suite. Inutile d’ailleurs de la rappeler. Et si jamais tu ne sais pas, dégage de suite de ce blog.

Henrik Larsson

J’ai voulu mettre ce grand Monsieur. Au cas où les supporters du PSG depuis 2011 ne le savaient pas, avant Zlatan il y avait Henrik Larsson. Dans le contexte, il faut revenir en octobre 1999 en mode dreadlocks. Lors d’un match de coupe de l’UEFA (nostalgie) contre Lyon avec le Celtic, le Suédois se fait involontairement péter la jambe par Serge Blanc. L’action est anodine, ce sont les aléas d’un match de football. Mais l’image qui a suivi est terrible et je m’en souviens très bien car c’était la première fois que je voyais une blessure aussi grosse dans un match de foot. Bref, Larsson s’en est tiré avec 8 à 9 mois de convalescence. Soutenu dans la douleur par son club, il retrouvera les terrains et sera accueilli comme un héros, un exemple de pugnacité. Pas étonnant quand on connaît l’institution qu’est le Celtic. Henrik le dit, sans cette blessure, il n’aurait sûrement jamais été le joueur qu’il a été.

henrik-larsson
« Je vous mentirais si je disais que j’aurais été le même joueur sans cette blessure. »

 

Djibril Cissé

Avant de se faire traiter de DJ par Nicollin, le Djib’ a été joueur de foot. Après des débuts tonitruants à Auxerre, il va rejoindre les bords de la Mersey en 2004. Le 30 octobre 2004, il va connaître une première double fracture tibia-péroné sur la jambe gauche. Un peu dans le même style que l’action sur Larsson, Jay McEveley sera le malheureux bourreau. Une blessure qui l’éloignera des terrains jusqu’en avril 2005. Pour son retour, le club gagnera en fin de saison la Ligue des Champions et il sera l’auteur d’un des tirs aux buts lors de ce match légendaire contre le Milan AC (3-3). La saison suivante est en demi-teinte avec des titularisations irrégulières. Mais Raymond Domenech le convoque pour un match amical contre la Chine à Sainté. C’est alors que sur un débordement, Djibril Cissé perdit le contrôle et se retrouva avec la jambe droite de cassée. Boum, encore 7 mois. C’est alors que remis sur pied, il signa à l’OM où les avis étaient partagés après deux saison. C’est au Panathinaïkos qu’il refera le monde en plantant 55 buts en 89 matchs. Mais retrouver les terrains après deux jambes cassées, on ne peut que se taire et applaudir.

Luis de Nazario de Lima Ronaldo

Le vrai, l’unique et le seul Ronaldo. Son seul défaut dans sa carrière, son genou droit. Je ne veux pas dire mais faire des passements de jambes, ça doit bien user les ligaments. Ronaldo en a fait la douloureuse expérience. Alors qu’il a pris un bon 3-0 dans la tronche en 98 contre la France (putain quel pied), il retrouva l’Inter Milan mais ses tendons rotuliens l’empêchèrent de faire une saison complète. Souvent blessé, ce qui devait arriver arriva en novembre 1999 contre Lecce. Il bloque son genou au sol et se retrouve avec une rupture partielle du tendon rotulien. Le sale truc. 6 mois d’indisponibilité, un retour attendu contre la Lazio. On est le 12 avril 2000, je suis devant la télé pour justement voir le retour d’El Fénoméno. Il rentre et quelques minutes plus tard, les boules…

Il déclarera après sa blessure:

[blockquote style= »1″]Je reviendrai, bien plus fort qu’avant. Je n’en ai aucun doute.[/blockquote]

Il gagnera la Coupe du Monde deux ans plus tard avec un doublé en finale (en 2002 contre l’Allemagne).

[blockquote style= »3″]Une mention spéciale pour Javier Zanetti qui s’est pété le tendon d’Achille et qui s’est vu offrir une prolongation à 39 ans par l’Inter.[/blockquote]

A propos de Un félin

Je viens, je parle de foot et je retourne dans la savane. J'aime surtout parler de foot espagnol.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *