Home / Blog du Talkfoot / Une truite a testé les Predator Instinct

Une truite a testé les Predator Instinct

J’ai eu la chance de tester les toutes dernières Predator Instinct sorties par Adidas. De quoi se mettre bien au foot. L’expression « accrochez-vous » n’a jamais été autant révélatrice.

Bon, je sais, j’ai un peu de retard. Après avoir promis que j’allais écrire l’article la semaine dernière, je finis finalement par trouver le temps de le poster. Faut dire que j’étais vachement occupé…

Pas mal de choses à faire...
Pas mal de choses à faire…

Par rapport aux F50 que j’ai pu tester en juillet, mon pied s’est de suite adapté. Faut dire que je les ai assez larges au niveau du métatarse. Bref, le fait que ce soit la chaussure qui s’adapte à mon pied et non l’inverse est un premier bon point pour le produit. En testant la souplesse, j’ai pu vite comprendre que je n’allais pas vraiment connaître la rigidité des crampons que l’on achetait dans les années 2000. Mais également que j’allais sentir un peu de résistance, cette paire de Predator a parfaitement su trouver le juste milieu entre souplesse et résistance.

Souplesse
Souplesse

Après quelques foulées, j’ai senti que je portait quand même des pompes aux pieds, contrairement à la F50. Il est vrai que cela n’est pas déplaisant de sentir le crampon. Cela évite un temps d’adaptation et surtout ça donne un aspect rassurant car l’on n’a pas la sensation de courir pieds nus.

Les petit trucs en plus de la Predator Instinct, ce sont les accroches sur le côté des crampons. Cela permet une meilleure conduite du ballon mais aussi de gagner en maîtrise au niveau des contrôles de balle. Ces petites bandes transparentes font en sorte de diminuer les risques de perdre un ballon sur un mauvais contrôle, une mauvaise approximation.

Les fameuses bandes accrochantes
Les fameuses bandes accrochantes

Pour ce qui est de la répartition des crampons sous la semelle, c’est du classique. Les crampons sont répartis de telle sorte que l’équilibre soit assuré, ce qui manque un peu par rapport aux F50 où l’on avait bien remarqué que les crampons étaient dispersés pour améliorer l’appui. Sur cette édition des Predator, Adidas a vraiment mis l’accent sur la maîtrise de balle.

La truite fait péter les notes

[lists style= »pencil » color= »#ed0080″]
  • Confort du pied : 9 / 10
  • Apport balle au pied : 9,5 / 10
  • Apport sans ballon : 7 / 10
  • Design : 8,5 / 10
[/lists] [lists style= »liked » color= »#ed0080″]
  • Moyenne : 8,5 / 10
[/lists]

– Le très bon équilibre qu’a su trouver Adidas au niveau de la souplesse. Souple certes, mais on sait que tu portes quelque chose aux pieds.

– Les accroches, en faisant quelques petits matchs et quelques conduites de balle, j’ai vraiment senti l’apport des bandes sur le crampon.

– J’aime bien le design.

– La répartition des crampons, un peu trop classique. Ceci dit, la touche « classique » est aussi, selon mon humble avis, une image qu’Adidas veut garder. Rester classique dans l’innovation.

– Les lacets un peu courts. Quoi ? C’est stylé ? Bon ok…

 

A propos de Une truite

N'est pas muette comme une carpe et sait l'ouvrir quand il faut. C'est l'histoire d'une truite qui s'est dit: "Putain, et si j'parlais de foot?" Spécialiste du foot anglais et des Bleus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.